Biographie de George Viau

George Viau dans son bureau

Photo de George Viau prise par François Antoine Vizzanova, dans son bureau à Paris en 1919.

À droite :
– une console supportant, notamment, un tirage en bronze, « Le désespoir » d’Auguste Rodin.
– Une cheminée de marbre blanc sur laquelle on peut voir : un vase à pot couvert, dans un trépied de bronze à tête de femme et un bronze représentant très probablement « L’éternel printemps » d’Auguste Rodin.

À gauche et de haut en bas :
– Un tableau d’Edgar Degas « Portrait de jeune femme ».
– Un tableau d’Edgar Degas « La danseuse espagnole » ou « La danseuse au tambourin ».
– Un tableau d’Edgar Degas « Monsieur de Valernes ».
– Un bas-relief en plâtre représentant « Les fugitifs » d’Honoré Daumier.

George Viau et son père à Saint-Pétersbourg en 1864

George Viau et son père
à Saint-Pétersbourg en 1864

George Viau naît à Nancy (France) le 29 mars 1855. Il est le fils de Louis-Philippe-Constant Viau, originaire de Nantes et négociant en draps à Nancy et de Marie-Adélaïde Manneville. Il a une sœur et deux frères dont l’un mourra jeune.

La famille quitte Nancy pour Saint-Pétersbourg (Russie) en 1859. Le père de George, passionné par la dentisterie, a abandonné son travail de négociant pour devenir dentiste. À Saint-Pétersbourg, il améliore ses connaissances à l’Académie impériale des Sciences et obtient son diplôme de Stomatologiste le 26 octobre 1862. Voilà ce qui est noté :

Sous le plus haut patronage du plus éclairé, du plus suprême et du plus grand tsar Alexandre Nicolas Empereur et autocrate de toutes les Russies etc etc etc… (sic)

la conférence de l’ Académie Impériale de médico-chirurgie de Saint-Petersbourg, pour le travail accompli, de par la loi, de par l’examen pratique, déclare : Que le résident français, Louis Viau, est accepté en tant que dentiste et lui autorise la pratique dans l’empire Russe. Ce document lui est conféré pour preuve avec la signature et le tampon approprié.

À Saint-Petersbourg, 1862, le 26 octobre.

 Le président de l’ Académie : Dubovzov, Le secrétaire général : N. Zinin

Livre des diplômes : n° 215, Journal d’origine : n° 1596, Livre comptable du conseil de l’Académie : n° 21

La famille mène grand train et Louis-Philippe-Constant devient vite un chirurgien-dentiste à la mode. Il soigne aussi bien les français qui vivent à Saint-Pétersbourg, que les hauts dignitaires du régime tsariste. C’est ainsi qu’il devient l’un des chirurgiens-dentistes de la famille du Tsar Alexandre III, (le Tsar aurait donné à Madame Manneville une barrette de diamants pour remercier son mari).

Le 13 rue des grandes écuries à Saint-Pétersbourg, adresse des Viau, devient un endroit très prisé par l’intelligentsia de la ville qui se presse aux dîners fastueux organisés par la maîtresse de maison. Tout est bon pour entretenir la renommée de Louis-Philippe-Constant et élargir un réseau déjà consistant. Les enfants, quant à eux,  suivent une éducation très bourgeoise. George apprend le piano et le dessin. Il passe beaucoup de temps au Musée de l’Ermitage où il apprend à copier  les grandes figures de la peinture qui façonneront  plus tard son œil aiguisé et la sûreté de ses choix.

Malheureusement, le drame intervient lorsque Louis-Philippe-Constant, revenu à Paris pour affaires, est bloqué par le siège de Paris. Voulant se rendre utile, il ne compte pas ses heures pour soigner les blessés. Exténué, il meurt du choléra le 14 janvier 1871. La famille sous le choc, est obligée, dans l’urgence, de revenir à Paris. Après avoir vendu le cabinet en Russie, la mère de George s’installe avec ses enfants au  12 rue des Batignolles à Paris.

Devenu, après le drame, chef de famille malgré lui, George Viau suit les traces de son père et débute des études de dentisterie.

Il s’installe à son compte le 16 octobre 1876, à 21 ans (à sa majorité), dans un petit appartement, au 16 avenue de l’Opéra, ne voulant plus être à la charge de sa mère. Pour payer le loyer et sa nouvelle clientèle n’étant pas suffisante, il devient mécanicien-dentiste chez un praticien parisien déjà en place. Mais au bout de deux ans, il s’aperçoit très vite que l’instruction qu’il reçoit est très insuffisante. Il souffre terriblement de ce manque de connaissance qu’il croit nécessaire pour son métier. Avec son ami Charles Godon qu’il a connu sur les bancs de Charlemagne et avec lequel il fondera plus tard la première École dentaire de Paris, il espère enrichir son apprentissage en suivant les cours de clinique dentaire du docteur Gustave Delestre à l’Hôtel-Dieu. Mais là aussi, les deux amis se rendent compte que l’enseignement est encore trop rudimentaire, trop conventionnel. Il y a bien des écoles américaines qui existent depuis près d’un demi siècle et qui professent un enseignement novateur, mais aller là bas est hors de portée de leur bourse.

Le 8 avril 1879, George Viau, devenu assistant opérateur, c’est-à-dire dentiste stagiaire, participe avec quatre autres de ses amis dont le fidèle Charles Godon, à la création du Cercle des dentistes de Paris dans un petit café de la rue Drouot, située dans le 9ème arrondissement de Paris. Il a 24 ans.

 Pour eux, l’art dentaire se doit d’être indépendant et ne plus dépendre de la tutelle de l’école de médecine qui façonne jusqu’alors les futurs dentistes. George et ses amis estiment que seuls des chirurgiens dentistes confirmés peuvent former d’autres chirurgiens dentistes. A leurs yeux, l’art dentaire, qui est en pleine mutation et qui bénéficie à la fois d’avancées techniques et de spécialistes de plus en plus affirmés, est suffisamment mûr pour voler de ses propres ailes. Pour eux doit finir le monopole d’une école de médecine omnipotente qui ne fait que survoler la dentisterie.

George Viau vers 1878-1879
George Viau vers 1878-1879

En mai 1880, il créé avec des amis, l’École Dentaire de Paris.

Au mois de novembre 1880, l’École dentaire et le Dispensaire voient le jour dans un petit appartement du 23 rue Richer dans le 9ème arrondissement de Paris. Ils y reçoivent très vite, les premiers élèves et leurs premiers malades. Devant l’afflux des demandes, les membres de la Société sont bientôt obligés d’agrandir le local et d’augmenter l’installation.

Il sort major de la promotion 1881.

En 1883 il est nommé professeur de prothèse et membre du conseil de Direction en 1884. Domicilié à Paris 16 avenue de l’Opéra, il se marie le 11 septembre 1882 à Paris (10ème) avec Cécile Le Roy née à Saint-Pétersbourg (Russie). Les Parents de Cécile étaient des comédiens de vaudeville réputés du Théâtre Michel, l’un des hauts lieux culturels de la ville des Tsars.

Sont présents, outre les parents et frères et sœurs des époux, Etienne Berne-Bellecour, peintre militaire reconnu et oncle de Cécile, et Gustave Worms comédien de la comédie française qui a passé pas mal de temps sur la scène du théâtre Michel à Saint-Pétersbourg avec les Lagrange.

Comme le dit le journal le Gaulois du 11/09/1882 : « Hier a eu lieu à l’église Saint-Eugène, le mariage de Mlle Lagrange-Bellecour avec Monsieur Viau. Énormément de monde à la cérémonie nuptiale : le Gymnase (théâtre parisien très connu à l’époque) au grand complet et beaucoup de camarades de Russie, où M et Mme Lagrange ont laissé de si sympathiques souvenirs. Après la cérémonie religieuse, un grand déjeuner réunissait au Grand Véfour les témoins et les parents des nouveaux mariés auxquels étaient venus se joindre MM. Périvier (Rédacteur en chef du journal le Figaro), Koning (directeur du Gymnase), Worms, (Sociétaire de la Comédie Française), Pierre Decourcelle (journaliste au gaulois, romancier et dramaturge) et plusieurs auteurs. Durant toute la journée, les télégrammes de Russie se sont succédés chez les excellents artistes, leur apportant les compliments et les vœux des amis absents. »

George et Cécile auront trois enfants : Alice née le 17 juillet 1883, Louis né le 3 janvier 1886 et Blanche née le 4 mars 1887.
Après la naissance de Blanche ils habitent 47 Bd Haussmann à Paris dans le 8ème arrondissement (la famille au 4ème étage et le cabinet de George au second). En 1908, il ouvre un grand cabinet dentaire de plus de quatre cents mètres carrés, au 109 Boulevard Malesherbes dans le 17ème arrondissement. Il se constitue très vite une belle clientèle, triée sur le volet. Le monde politique, tout le Paris mondain, les cercles littéraires, artistiques, jusqu’aux membres des royautés espagnoles et anglaises se pressent dans son cabinet.

En 1897 il est nommé rédacteur en chef du journal spécialisé l’Odontologie et adhère à la Fédération d’Odontologie Internationale dès sa création en 1900. En 1901 il est nommé délégué de l’École Dentaire de Paris à la commission internationale d’enseignement de la F.D.I. Il est l’auteur du cours de prothèse et de mécanique dentaire et de plusieurs livres et communications scientifiques sur les anesthésiques locaux.

Lors de l’exposition universelle de 1900 il est fait chevalier de la Légion d’honneur. Il fait de nombreux séjours à Londres et aux USA pour des conférences et des démonstrations.

À côté de son activité professionnelle il a un fort engouement pour les arts, que ce soit la peinture ou la musique, qui lui vient de son père et de sa vie à Saint-Pétersbourg. Il y apprend le piano avec César Cui, un compositeur russe, ami de Rimski-Korsakov et de Moussorgski, ainsi que le dessin et la peinture. Il a un joli coup de crayon et il n’hésitera pas, plus tard, à remplir les catalogues de peinture de ses dessins. Son père, amateur d’art lui aussi, l’emmène souvent au Musée de l’Ermitage où il se confronte, dès son plus jeune âge, aux grands peintres qui font la renommée de cet illustre établissement.

Dessins de George Viau.

 

Le Louvre vu des Tuileries (dessiné sur un catalogue de 1912).

Dessin de George Viau Le Louvre vu des Tuileries
Croquis de George Viau sur le catalogue de la Société Internationale de La Peinture à l'eau. Galerie Chaine & Simonson, Paris, du 16 février au 6 mars 1912.
Croquis de George Viau sur le catalogue de la Société Internationale de La Peinture à l'eau. Galerie Chaine & Simonson, Paris, du 16 février au 6 mars 1912.
Croquis de George Viau sur le catalogue de la Société Internationale de La Peinture à l'eau. Galerie Chaine & Simonson, Paris, du 16 février au 6 mars 1912.

Ayant un goût très éclairé sur le plan artistique, il est séduit par le mouvement impressionniste avant que ces peintres ne soient connus du grand public. Déjà très jeune, il fait la connaissance de l’un de ses maîtres à penser, le Comte Doria, mécène et collectionneur averti et ami des jeunes artistes de la nouvelle vague. Il a longtemps hébergé Cals ou Gustave Colin et sorti Jongkind de la misère et de l’alcoolisme. Il est le premier à avoir miser, dès 1856, sur des peintres encore méconnus comme Corot, Millet avant de vite s’intéresser à Monet, Renoir, Daumier Pissarro ou Manet. C’est lui qui disait « Les sensibles, les naïfs, peut-être souvent les maladroits, presque toujours les déshérités, sont néanmoins les seuls destinés à ouvrir les voies nouvelles ».

Un discours qui va peser radicalement sur la perception que Viau a de l’art et qu’il mettra en pratique tout au long de sa vie de collectionneur. 

Henri Rouart par Degas 1895
Henri ROUART par DEGAS
Armand DORIA
Comte Armand DORIA

Comme un certain nombre de privilégiés séduits, le jeune dentiste se rend souvent au château d’Orrouy, propriété du Comte Doria dans l’Oise, où il peut admirer la collection de ce visionnaire érudit. Nous sommes en 1881, George à vingt six ans. C’est chez Doria qu’il fera la connaissance d’Henri Rouart, autre grand amateur d’art et c’est chez ce dernier qu’il rencontrera Edgar Degas, ami intime et condisciple d’Henri au lycée Louis le Grand. Degas deviendra plus tard  l’un des peintres favoris de Viau qui possèdera plus de 150 œuvres du grand maître. 

Grâce à ces rencontres privilégiées, le jeune Viau fait un apprentissage accéléré. Pour lui, plus aucun doute, il doit glisser ses pas dans ceux de ces mécènes éclairés qui ouvrent les voies d’une nouvelle ère de la peinture moderne. À partir de cette époque, George n’a qu’une idée en tête, acheter les tableaux de jeunes artistes au talent prometteur ou de ceux, plus âgés, mais dont le renom n’a pas encore franchit le stade de l’estime.

Château d'Orrouy par Calsq
Château d'Orrouy par CALS

Venant de s’installer et n’ayant pas beaucoup d’argent, il commence modestement par l’achat de dessins, d’aquarelles, de tableaux de petites dimensions. Cals, Vignon sont les premiers artistes qui ornent les murs de l’avenue de l’Opéra. Mais pas que les murs ! La frénésie de collectionner des tableaux pousse George à acheter et encore acheter. Des petites œuvres et des plus grandes. L’appartement où vivent les Viau devient vite irrespirable. Cécile peste contre son mari qui entasse les tableaux jusque dans la salle de bain et … dans la baignoire ! 

A partir des années 1890, il achète un petit Renoir et un Cézanne puis Caillebotte ou Riesener. Dans son cabinet dentaire, il soigne plusieurs peintres avec lesquels il se liera d’amitié comme Pissarro ou Sisley. Certains peintres qui passent dans son cabinet n’ont pas beaucoup d’argent et Viau se fait parfois payer en tableaux. 

À l’image du Comte Doria ou d’Henri Rouart, George Viau, comme le dira le célèbre critique d’art, Waldemar George, dans la revue L’Amour de l’Art en 1925 : «préfère aux tableaux de musée, des œuvres de premier jet exceptionnelles dans la production d’un artiste. Il se complait avec une rare patience à ce genre de recherches ».

Plus tard il découvrira et soutiendra, comme ses mentors, de jeunes peintres comme Albert André, Édouard Vuillard, Georges D’Espagnat, Maurice Denis, Maximilien Luce, etc.

Le 11 février 1896, George et Cécile achètent une propriété à Villennes, pour 67500 francs. Villennes est un petit village en bord de Seine, situé à une trentaine de kilomètres de Paris. Villennes deviendra Villennes-sur-Seine en 1897 pour éviter les confusions postales avec d’autres localités du même nom.

Comme le raconte Claude Theuveny, son petit-fils, dans ses mémoires : « Une grande maison de style normand avec un seul étage, six ou sept chambres, une immense pièce au rez-de-chaussée surélevée, faisant salle à manger et billard, haute de six à huit mètres, avec antichambre, office et cuisine. On y accédait par une vaste terrasse en bois, couverte. Les murs étaient recouverts de rosiers et de vigne vierge. Il y avait, attenant à la maison, anciennement un moulin, une plus petite maison pour les jardiniers et une vaste remise à voitures.

Le jardin était grand (à l‘époque de l’achat, il avait une superficie d’un peu plus de  2 hectares que George agrandira par la suite), avec des pelouses à l’anglaise, une roseraie, un potager clos de mur contigu ; une partie du verger était alimentée par une source d’eau potable…

La maison était sur une partie plane de la colline, bordée d’une longue et vaste terrasse, plantée de tilleuls taillés ; en arrière, au milieu des arbres, dont un vaste et énorme tilleul centenaire, se dressait une tour crénelée qui avait été le moulin du meunier dans le temps.

George Viau et sa famille dans le jardin de Villennes
Devant le perron de la maison de Villennes vers 1924. De droite à gauche George Viau, Jeanne Hocquart (sœur de Viau) et Cécile Viau, femme de Viau. La personne sur l'herbe doit être une amie de la famille.

La propriété s’appelait “Beaulieu la tour“…. La vue de la terrasse que l’on avait devant soi, vers l’est, était toujours admirable et unique. À ses pieds, au bout de la pente herbue couverte de pruniers, de cerisiers et de pommiers en plein vent, on apercevait quelques maisons du village de Villennes avec son vieux clocher et la gare de la ligne de chemin de fer Paris-Rouen. Tout de suite après les voies qui disparaissaient par moments sous les arbres, on voyait l’immense ruban large que faisait la Seine. Majestueuse, venant de Poissy et faisant une large courbe, elle se divisait en bras et îles, donc celles de Poissy, de Villennes et de Médan. Bordée de grands arbres, sa rive droite était dégagée et laissait se déployer une immense plaine basse, toute couverte de champs de céréales et de légumes de toutes sortes : la plaine d’Achères.

On n’y apercevait alors aucune maison, peut-être quelques rares remises la parsemaient. C’étaient les champs d’épandages d’Achères où arrivaient les eaux usées de Paris.

Cette grande plaine était traversée par la Seine qui, au cours, de ses méandres, passait avant Poissy, par Conflans-Ste-Honorine, Argenteuil, Maison Lafitte, Saint germain en Laye etc. venant de Paris.

On pouvait suivre à l’œil nu le trajet du fleuve et on reconnaissait facilement les hauts de l’Hautie au nord, les collines d’Argenteuil, la forêt de Saint-Germain et, dominant le tout, à l’est, l’Arc de Triomphe et la tour Eiffel ! »

C’est à Villennes que Viau va aller régulièrement se ressourcer avec sa famille. Il en profite pour travailler sur ses futurs livres, jouer du piano, s’adonner aux joies du billard ou se promener dans son parc avec ses enfants. La grande terrasse qui surplombe la Seine est le théâtre, aux beaux jours, de déjeuners champêtres et de discussions amicales. C’est à Villennes qu’il construit une partie de sa réputation de collectionneur. C’est en effet dans cet endroit buccolique et verdoyant, qu’il va recevoir la plupart des peintres dont il achètera des œuvres. Durenne, Ker Roussel, D’Espagnat, Vuillard, Albert André seront les premiers à lui rendre visite et partager avec lui ces moments de calme et d’insouciance.

Il demande à Georges D’Espagnat, alors âgé de vingt six ans en 1896, de réaliser plusieurs toiles décoratives dans son appartement parisien et une fresque gigantesque de 3m sur 7 pour le salon de sa propriété de Villennes-sur-Seine. Il commandera également une grande toile décorative à Maurice Denis en 1903.

George Viau  se rendra à Villennes jusque dans les années 1930, avant de tomber malade et de se casser le col du fémur en 1937.

Ami personnel de la plupart des artistes auxquels il achète directement les tableaux, comme Pissarro, Monet, Renoir ou Sisley qu’il soutiendra particulièrement et qu’il soignera jusqu’à sa mort, il constitue dès les années 1880 une importante collection très connue des amateurs d’Art. Il a acheté des tableaux, notamment au début, au collectionneur Eugène Murer et au Comte Armand Doria chez qui il avait l’habitude d’aller dès ses plus jeunes années. Comme nous l’avons vu, Le château d’Orrouy d’Armand Doria, était devenu un lieu très prisé où artistes, hommes de lettres et amis se pressaient pour discuter et surtout écouter le maître des lieux parler de sa collection. George Viau a énormément appris à son contact et sa passion pour la peinture vient en partie de ces soirées hautes en couleur.

Claude Monet, photo dédicacée à George Viau

Photo de Claude Monet dédicacée
« Monsieur Viau Cordiale sympathie Claude Monet »

Photo Auguste Renoir avec mention de sa main

Photo d’Auguste Renoir offerte à Viau,
avec mention de sa main

« Renoir à Cagnes, photo agrandie par A. André »

Camille Pissarro dans son bureau

Photo inédite de Camille Pissarro dans son bureau, offerte à Viau

Il vend une première fois sa collection en 1907 chez le galeriste et marchand d’art Durand-Ruel. Un événement spectaculaire dans le milieu de l’art, salué par la presse. Ces deux ventes importantes comprenaient par exemple : à la première vente, 78 tableaux dont 15 Renoir, 12 Sisley, 5 Monet, 3 Cézanne + 9 pastels de Degas et Manet et à la deuxième vente, 92 tableaux dont 10 Pissaro, 7 Renoir, 2 Toulouse-Lautrec, 1 Van Gogh + 92 dessins et pastels. Le tout pour 650.000 F de l’époque !
Il refait une vente d’Estampes en 1909 (338 estampes dont 90 Toulouse-Lautrec) et des ventes de tableaux en 1930. À chaque fois, il recommence une collection jusqu’en 1939. Jamais par spéculation mais par un désir profond de nouvelles découvertes.

Dessin de Jean de Rasta représentant George Viau en compagnie de Gabriel Tapié de Céleyran (cousin de Toulouse-Lautrec) et Henri De Toulouse-Lautrec

Dessin du Comte Jean de Rasty représentant George Viau, à gauche, en compagnie de Gabriel Tapié de Céleyran (cousin de Toulouse-Lautrec) et Henri De Toulouse-Lautrec.

Avec mention manuscrite au dos « Mr Viau collectionneur, le Dr Tapié de Céleyran (cousin de Toulouse-Lautrec) et M. de Toulouse-Lautrec, son carnet à dessins à la main. Vers 1900. »

Une nouvelle preuve de la proximité de George Viau avec les artistes dont il collectionnait et exposait les œuvres.

Mention manuscrite de Jean de Rasty

La réputation de Viau a vite dépassé les frontières hexagonales. La vente de 1907 chez Durand-Ruel a fait sensation. Le collectionneur français se rendait souvent en Angleterre et en Suisse et avait noué des relations privilégiées avec un certain nombre d’amateurs d’art étrangers. Outre le danois Hansen a qui il vendra un grand nombre de tableaux (207 œuvres au consortium créé par Hansen en 1918), il se lie d’amitié avec Sidney W. Brown, un collectionneur suisse de Baden. Viau l’avait connu par l’entremise de Carl Montag, jeune peintre originaire de Winterthur, établi à Paris depuis 1903. Montag avait pour ambition de faire connaître les peintres français dans son pays natal. C’est ainsi que Brown, attiré par les impressionnistes, l’avait contacté pour entrer en contact avec le marché français. En 1908, les premiers échanges ont lieu entre Brown et Viau, suivis de rencontres. Viau se déplace à Baden et Brown rend visite en 1910 à Viau au 109 Bld Malesherbes. Une photo immortalise cet instant.

Sidney W. Brown et George Viau dans l'appartement parisien de ce dernier (Archive Museum Langmatt, Baden)

Sidney W. Brown (à gauche) chez George Viau (debout) en 1910. (Archive Museum Langmatt, Baden).

Sur la cheminée, « l’éternel printemps » de Rodin.

Accrochés sur leurs cimaises au mur, on peut reconnaître un certain nombre de tableaux. À droite de la tête de Brown, un Corot. Au-dessus, « Femme assise aux seins nus » du même Corot. En remontant, peut-être encore un Corot « vue de Rome », et au-dessus,  « Portrait de l’artiste » de Daumier.

À gauche, de bas en haut, « Mélancolie » de Degas, « Jeune italienne assise en vue d’un lac » de Corot. Difficile de discerner les autres.

Viau vendra une série de tableaux à celui qui est devenu son ami. En 1910, il envoie une lettre à Brown dans laquelle il détaille les tableaux qu’il est prêt à lui céder pour la somme de 74.000 francs. La liste énumère les noms de Pissarro, Sisley, Mary Cassatt (« L’enfant bleu »), Monet (« La débâcle de la Seine à Giverny »), Carrière, Vignon, Bréal, Fantin Latour, Cézanne ou Boudin. Ces œuvres feront le bonheur du Musée Langmatt à Baden, construit par Brown en 1900.

Plus tard, Viau et Brown s’échangeront deux tableaux. Le « bain turc » de Valloton entre dans la collection de Viau et « L’église de Moret par la pluie » d’Alfred Sisley part en Suisse. 

Les deux hommes resteront en contact pendant près de trente ans puisque la dernière lettre de Viau aux Brown est datée du 17 juillet 1938.

À partir de 1920, George Viau qui se met en pré-retraite (jusqu’en 1925), va se rendre tous les jours à Drouot. Il souhaite se tenir au courant de l’évolution du marché de l’Art, découvrir de nouveaux talents. Il s’y rend le matin, regarde les œuvres exposées et fait son choix si un tableau lui plaît. Puis il va, comme à son habitude, déjeuner au restaurant « Le Petit Riche » et retourne dans la salle des ventes l’après-midi pour surenchérir.

Il faut dire qu’à cette époque, Paris est toujours la capitale mondiale du marché de l’art et Drouot est la salle des ventes la plus recherchée par les professionnels.

À partir des années trente, George Viau voit sa santé décliner. En 1937, il se casse le col du fémur qui le tient longtemps alité. S’il parvient à s’en remettre, il n’a plus la force pour se rendre à Drouot aussi souvent qu’avant. Dans sa lettre aux époux Brown datée de juin 1938 il écrit :« Chère Amie, je crois tout de même que nous serons à la campagne (Villennes) dans quelques jours et ainsi l’exercice que je dois faire me sera plus facile qu’à Paris ou la moindre course en taxi me fatigue et me procure des courbatures. Je ferais des petits exercices dans le jardin au bon air. J’espère faire l’effort d’oublier ce que j’ai enduré pendant 8 mois ! » Hélas, cette accalmie sera de courte durée. Affaibli et obligé de garder le lit, le Docteur George Viau décèdera le 18 décembre 1939 à Paris. Il avait 84 ans.

Les ventes posthumes de 1942, 1943 exécutées pendant la guerre et celles de 1948 et 1949, ont achevé la dispersion de l’ensemble des œuvres rassemblées par le Docteur George Viau.

La vente de 1942 va attirer énormément de monde et deviendra l’une des plus grosses attractions du siècle selon les experts. Les amateurs de peintures se ruent dans les trois salles mises à disposition pour admirer les œuvres avant les enchères.  Les journalistes du monde entier sont très élogieux quant à la qualité de cette collection et la montée des enchères ne fait qu’abonder dans leur sens. La vente rapportera plus de 53 millions de Francs.

George Viau - Vente du 11 décembre 1942 Hôtel Drouot, Paris

Première vente posthume de la collection de George Viau, organisée à l’hôtel Drouot le 11 décembre 1942

Aujourd’hui, plusieurs musées français, dont le Louvre et Orsay, possèdent des tableaux ayant appartenu à ce collectionneur avisé.
Il en est de même dans un grand nombre de grands musées étrangers.

Après vingt ans de recherche, il nous reste un peu moins de 200 œuvres ayant appartenu au docteur Viau que nous n’avons pas mises sur le site. En effet, bien que nous les ayons recensées dans les différents inventaires de successions, les informations les concernant étaient et sont encore aujourd’hui trop incomplètes pour envisager de les publier.